A la mémoire de Monsieur Max Garnault,

Publié le 08/04/2021 par cfai

Max Garnault, architecte d’intérieur reconnu par le Conseil Français des Architectes d’Intérieur depuis 1985 s’est éteint le 25 janvier 2021.

Un architecte d’intérieur, professeur et designer…


 

Max 

Max est né au tout début du printemps 1932 au Perreux-sur-Marne (Val de Marne).

Avec ses parents commerçants dans l’ameublement et depuis l’atelier d’ébénisterie de son grand-père, il voit son père remodeler les meubles. De là lui naît l’amour du travail du bois.

 

Les débuts

Et c’est tout naturellement que, pour ses études, il se dirige vers l’École Boulle à Paris, où il entre en 1947 copinant avec Pierre Perrigault son voisin de tabouret en tapisserie. Puis les Arts Décoratifs, les Arts Décos, où il rencontrera Josette, sa femme, née Faivre, ils se marieront en 1956.

Il commence sa carrière en tant que designer au bureau d’études d’architecture de René Herbst en 1957, puis au cabinet Faux et Freyermuth (58-60) et au bureau d’études Minvielle, de 1960 à 1970.

Avec Josette, ils vont participer à l’Exposition Universelle de Bruxelles en 1958 avec Michel Durand-Mégret.

Durant ces années, sur le plan personnel, de nombreux éléments vont se mettre en place : achat de la maison de Claret dans les Alpes de Haute Provence, sur les recommandations de son ami de service militaire Pierre Massot, naissance du premier de leur 3 enfants…

 

L’agence

En 1969, il crée son propre bureau d’études dans une maison de famille basée à Mandres-les-Roses (Val de Marne) et de multiples travaux seront réalisés : aménagements d’appartements, de magasins dont l’implantation parisienne des Editions Glénat, de bureaux, d’administrations telle la préfecture de Rennes (Ille et Vilaine) après une sélection sur concours en 1977, et des bureaux du conseil régional de Bretagne, le Palais Brongniart, La Banque Franco Allemande à Paris…

Et il y aura aussi de nombreuses réalisations de produits : meubles, luminaires, tissus toujours avec l’aide de sa femme.

Ils contribueront ensemble aussi à la nouvelle image de marque des Huchers-Minvielle. Il exposera le lit-estrade, toujours dans la maison du couple à Mandres-les-Roses, lors d’Eurodomus à Turin (Italie) en 1972. Ils feront d’ailleurs de leur maison un modèle d’architecture intérieur, présentée entièrement dans un numéro de Maison Française.

 
 

Le passeur

En 1967, il deviendra professeur d’arts appliqués Architecture Intérieur à l’École Boulle, où il exercera pendant 30 ans. Il devient le passeur infatigable, généreux et désintéressé que tous apprécient.

Très actif au sein de la Société des Artistes Décorateurs dés 1959, il exposera dans les différents salons organisés. Il sera président en 1987 et coordonnera le salon qui aura lieu cette année-là au Grand Palais à Paris. Faisant découvrir à des milliers de visiteurs les travaux de nombreux artistes.

Max était un homme de réseau, fédérateur, d’une fidélité exemplaire, gentil, humaniste, bienveillant, qui cultivait au quotidien les valeurs de partages.

Il disparaît le 25 janvier 2021, rejoignant sa femme dans un monde éternel de couleurs.

Pour découvrir certaines des réalisations de Max Garnault et en savoir plus sur son parcours, rendez-vous sur https://maxgarnault.fr

 

Catégorie du billet de blog: 

Newsletter CFAI

L'Actu

Bloc dans content sidebar

Vous trouverez sur ce fil d’information l’actualité de notre profession en temps réel. Si vous souhaitez nous faire part d’un évènement, d’une action, d’un sujet écrivez-nous par notre adresse de contact (cfai@cfai.fr) en nous donnant les éléments d’appréciation pour une éventuelle publication.

Plutôt qu’une publication trimestrielle réservée aux membres du CFAI, nous souhaitons désormais que chaque visiteur de ce site puisse être informé et comprendre un peu mieux non seulement qui est l’architecte d’intérieur, quel est son langage, quels sont ses domaines d’intervention comment il est un acteur économique, un vecteur de qualité des espaces intérieurs mais aussi quelles sont les questions très actuelles qu’il pose à notre cadre de vie.

La parution des articles est conditionnée par l’actualité dont nous avons connaissance et les propositions de sujets qui nous sont soumis.

Alors, pour être sûr de nous suivre, le plus simple est de vous abonner.

Bernard Meignan